Information

Le théâtre est fermé jusqu'à nouvel ordre et ne peut être joint par téléphone. Tout savoir sur les modalités de remboursement en cliquant dans l'encadré ci-dessous dédié à cette question.


Suivez-nous

Frédéric Cellé

La Fabrique Chaillot : résidence du du 7 au 25 avril 2020

© DR

À propos de Frédéric Cellé

Frédéric Cellé a suivi sa formation au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon. Il a travaillé comme interprète au Grand théâtre d’Ireland pour la reprise de Désert d’amour de Dominique Bagouet, puis dans les compagnies Marie Coquil, Nathalie Collantès, La Camionetta (F. Ramalingom et H. Catala), Denis Plassard, Joanne Leighton, Dominique Guilhaudin, Isira Makuloluwe et Sylvie Guillermin. 
En 2002 il fonde la compagnie Le grand jeté ! aujourd’hui installée à Cluny en Saône-et-Loire, et en 2011 le Festival Cluny Danse (www.festivalclunydanse.com) qui diffuse les arts du mouvement en espace public. 
Frédéric Cellé a créé une quinzaine d’œuvres chorégraphiques, du solo au septet, tourne son répertoire en France et en Europe, et a répondu a plusieurs commandes ou reprises du répertoire notamment pour le CNSMD de Lyon. 
Il est invité par les compagnies de théâtre El Ajouad, Idem collectif, Cipango, Narration pour mettre en espace le travail des comédiens et assister les metteurs en scène. 
Il intervient régulièrement auprès de publics amateurs, professionnels, handicapés. Son travail est dynamique, physique, explore des états de corps pour creuser dans les émotions des interprètes. Les notions de poids, de suspensions, d’espace, de rythme alimentent son travail au quotidien. Le travail sur la chute a été source d’inspiration sur ces dernières créations. A découvrir sur www.legrandjete.com.

À propos du projet

Un quintet – acro-danse – création automne 2021

M’intéressant avant tout au langage du corps, je cherche toujours à explorer les effets du déséquilibre, et a contrario de l’équilibre, ce qui nous pousse à rester droit, à tenir debout. Comment, par exemple, un corps peut-il être attiré par le sol, chuter, puis se relever ?
Est-ce le contact du sol ou d’un autre corps, l’envie de rebondir, l’excitation, le jeu qui nous pousse à chuter et à continuer ?
In extremis met en scène cinq interprètes venus de la danse et du cirque, porte sur les différentes possibilités d’union et de désunion dans la prise de risque.
De quelle(s) facon(s) un corps peut-il se mettre en danger, avoir envie de se déséquilibrer ? Par la simple présence d’un autre ? Par besoin de se définir aux autres ? Par envie de rompre l’équilibre du groupe ? Pour le plaisir ? Pourquoi avons-nous besoin de rompre l’équilibre, l’union d’un groupe, d’une société pour avancer ? Est-ce un cycle sans fin ?
Cette répétition de cycles, entre moments fragiles et puissants, composés de ruptures puis de linéarités, amène chacun de nous à nous positionner les uns par rapport aux autres, nous amène à faire des choix et à partager l’expérience du risque.
La pièce explose en pulsions et contentions en accord avec la musique, à la recherche de ce qui anime. Une trame qui se déroule entre désirs et possibilités réelles, entre fulgurance des désirs humains et surgissement des réalités. Moments d’énergie hallucinée, de quête effrénée, le spectacle jouera des désirs éclatés des interprètes avec des situations physiques extrêmes et intenses.

 

Vidéos des dernières créations de Frédéric Cellé
 L’hypothèse de la chute (quintet) - Création 2017 pour plateau

 Répliques (duo) - Création 2019 pour espace public et lieux non-dédiés