Suivez-nous

Histoire de Chaillot

Chaillot - Théâtre national de la Danse -
Photo Yoann Fitoussi
Grand Foyer - Photo Yoann Fitoussi
La salle du théâtre en 1948 - Photo DR
Le bar-fumoir transformé en 1965 en salle de spectacle (Salle Firmin Gémier) - Photo DR

Le Théâtre National de Chaillot est l’un des cinq théâtres nationaux français (établissements publics dont les missions sont définies par l’État) et le seul à porter un projet construit autour et à partir de la danse. Placé sous une tutelle double, celle du ministère de la Culture et de la Communication et celle du ministère du Budget, il est dirigé depuis 2011 par le chorégraphe et danseur Didier Deschamps.
 

La légende de Chaillot

Installé au cœur du Palais de Chaillot, le Théâtre National de Chaillot, qui est devenu en 2016 Chaillot – Théâtre national de la Danse, est une des institutions culturelles les plus prestigieux de Paris, non seulement pour la place unique qu'il occupe dans l’histoire du spectacle vivant - notamment dans la grande aventure du Théâtre national populaire fondé par Firmin Gémier, puis porté et développé par une personnalité mythique, Jean Vilar – mais aussi dans celle de la France et du Monde puisque c’est dans la grande salle du théâtre que fut signée, le 10 décembre 1948, la Déclaration universelle des droits de l’homme. Lieu exceptionnel de la capitale, le théâtre peut accueillir chaque soir plus de 1 600 spectateurs, dans ses trois salles (Salle Jean Vilar de 1200 places, Salle Firmin Gémier de 390 places, Studio Maurice Béjart de 100 places). Son Grand Foyer, qui fait face aux fontaines du Trocadéro, à la tour Eiffel et au Champ-de-Mars, offre de jour comme de nuit l’une des vues les plus célèbres du monde. Les espaces publics du théâtre abritent en outre une importante collection de sculptures, peintures, fresques et pastels signés des plus grands artistes de l’époque : Paul Belmondo, Louis Billotey, Pierre Bonnard, Maurice Brianchon, Roger Chapelain-Midy, Maurice Denis, Othon Friesz, Henri Laurens, Aristide Maillol ou encore Édouard Vuillard.

 

Les différentes directions